Nozay (44)
Localisation : Nozay (44) / équipe : SOL + SOLIHA / maîtrise d'ouvrage : SOLIHA et ville de Nozay / surface : 925 m² / mission : concours "réinventer rural"

APPEL A PROJETS "REINVENTER RURAL"

 

Sur le modèle des Appels à Projets Urbains Innovants ("Imagine Angers", "Dessine-moi Toulouse", "Réinventer Paris", ...), la communauté de Communes de Nozay (44) a lancé le premier "Réinventer rural". Par cet appel à projet, les communes associées entendent : stimuler la conception d'un habitat rural plus innovant, engagé et solidaire.

 

Très intéressé par cet appel à innover vivifiant, stimulant et plein de promesses, SOL y a répondu en juillet 2019 pour le site du Garage Toulou, à Nozay, dont l'objectif était : "REDONNER UN USAGE A CET ANCIEN GARAGE, PARTICIPANT A LA DYNAMISATION DU CENTRE-BOURG". Sélectionné pour la deuxième phase de l'appel à projets, nous attendons désormais le résultat final. Ci-dessous un aperçu de notre réflexion et du travail rendu.

 

INTRO : VIVRE LE RURAL

 

Qu’est-ce qu’habiter dans une ville rurale ? Souvent tiraillée entre deux pôles trompeurs - celui d’une définition traditionnelle en négatif de l’urbain et celui d’une vision fantasmée du retour à la nature - la ruralité manque encore d’une identité singulière inscrivant vraiment son développement dans le 21ème siècle et ses enjeux écologiques sans précédents.


Qui donc veut y vivre ? Et qui veut y vivre pour les bonnes raisons ? Les raisons d’un choix fort guidé par un désir de bien habiter un village. Ne pas y vivre simplement pour y dormir en périphérie urbaine, ne pas y vivre pour acheter un produit pavillonnaire standardisé, ne pas y vivre pour utiliser chaque jour sa voiture afin de se rendre dans un bassin d’emploi urbain. Ne pas y vivre pour consommer le rural, mais pour l’habiter, c’est-à-dire avoir une relation d’échange avec lui, y participer, l’investir pleinement, faire partie de son rythme.


Pour que ceux qui y vivent déjà éprouvent cet attachement, et pour que de nouvelles populations viennent dans ces territoires ruraux menés par ce désir de bien habiter le rural, il est nécessaire de penser son développement à échelle humaine. Si l’on peut penser le projet développement d’un territoire à grande échelle - irriguant, drainant, se déployant - cela ne pourra pas se faire sans considérer le particularisme d’un lieu ancré, d’un endroit situé. D’une singularité. L’innovation ne doit pas être une recette, aussi astucieuse soit-elle, que l’on applique quel que soit le territoire, pourvu que celui-ci soit rural.

 

Nozay elle-même est une ville active, avec de grandes potentialités et ressources. Il existe une population volontaire qui ne demande qu’à y faire son nid. Mais celle-ci a besoin d’être rassurée, de savoir qu’elle pourra vivre ici de manière pérenne, y faire fleurir ses projets, trouver à Nozay une commune singulière où habiter. Nous pensons qu’un endroit symbolisant tout ceci, un endroit qui dise « ici, on peut habiter le rural et s’y projeter » faciliterait grandement cette rencontre. Un endroit qui montre aussi aux habitants de Nozay qu’ils peuvent s’y investir plus, se l’approprier plus, y libérer leur énergie. Nous pensons à un endroit-levier, un tremplin, un accueil, un centre de vie et d’action.

 

 

Image
Image
Légende

Photos du Garage Toulou. Nous avons noté in situ le cachet de la matérialité (pierre bleue), les beaux volumes (toiture shed), la forte imprégnation du site par son ancien usage de garage/atelier.

 

PROJET : FABRIQUER LE RURAL, UNE "DESINNOVATION"

 

L’appel à innover est vivifiant, stimulant et plein de promesses. Toutefois, la quête d’une innovation coûte que coûte, c’est, parfois, se désintéresser de l’existant. Nous souhaitons, sans prôner un conservatisme délétère, épouser un regard bienveillant sur les savoirs-faires, les ressources, les pratiques, les usages ancien.ne.s et déjà ancré.e.s sur le territoire. Nous adoptons la posture de la « désinnovation » ou de la « rétroinnovation ». Cherchant à construire un espace nouveau dans sa configuration, son articulation, au fait des enjeux actuels mais puisant fièrement notre inspiration dans l’existant, le vernaculaire, le présent voire l’antérieur, l’idée est de faire émerger un espace multiple, créatif, bioclimatique et écologique, intergénérationnel, prospectif, participatif et ouvert à tous.

 

Pour et par tous, l’espace Toulou met en synergie, dans sa fabrication comme dans son appropriation ultérieure, les acteurs et les programmes. La résultante architecturale est à l’image de ce processus : un écosystème, une « mini-ville » qui tire sa poésie des -presques homonymes- Tulou chinois traditionnels. Nous mobilisons ce modèle de la maison ronde du Tulou Hakka car il fait référence à une forme de résidence communautaire des populations hakka très ancienne. C’est dans le fond et dans la forme un dispositif de synergie des habitants et des programmes. Cette figure forte du Tulou devient notre forme-support d’un concept bien historique. Nous aspirons à mettre en place un processus endémique, prospectif pour fabriquer et faire vivre le projet durablement.

 

LA HALLE PUBLIQUE (161 m²) :

 

C’est un espace public (restant propriété de la mairie), ouvert en journée vers la place de la mairie, couvert par une verrière mais non chauffé. C ’est un espace propice à toute sorte de manifestation autour de l’artisanat ou de l’art : ventes, expositions, séminaires, rencontres. Ses belles dimensions en font un espace adapté à la création, permettant de faire perdurer l’esprit des expositions d’art contemporain qui étaient organisées ces dernières années à l’initiative de la ville de Nozay.
Au fond, une BUVETTE-BOUTIQUE, qui pourrait être tenue par la coopérative des artisans, sur le principe d’un service tournant.

Image
Légende

 

LES LOGEMENTS-ATELIERS (332 m²) :

 

La proposition traduit donc cette intention générale en exploitant la centralité du Garage Toulou à Nozay, son ancrage patrimonial fort, pour déployer un dispositif inédit de logement-atelier dont l’ambition première est de contribuer à l’émergence d’une économie locale. La démarche se fonde en particulier sur l’existence sur le territoire d’individus porteurs d’une idée, d’un projet, d’une ambition entrepreneuriale, mais possédant peu de moyens financiers, les contraignant tant dans l’éclosion de leur projet que dans leur stabilisation personnelle, l’accès à un logement financièrement accessible leur étant compliqué.


Le logement-atelier offre ainsi une réponse multiple à ces problématiques :

- proposer un logement abordable, permettant la stabilisation des ménages,
- y associer un local d’activité à loyer maitrisé également, en centre – bourg avec une mise en réseau de partenaires et de clients permettant l’épanouissement de l’entrepreneur,
- et dont l’intérêt est la proximité géographique avec le logement, minimisant ainsi les déplacements domicile-travail au bénéfice de la réduction des émissions de CO2 d’une part, et de l’amélioration de la vie sociale et familiale d’autre part.

Image
Légende

L'atelier partagé

 

 

LES ESPACES COMMUNS :


1. L’atelier de co-travail. C’est un espace en gestion collective. On y trouve du matériel mis en commun, des espaces plus vastes pour réaliser des travaux plus importants, des bureaux pour mutualiser des services et se serrer les coudes pour les taches administratives. Un espace de réunion et/ou de séminaires/formation. Le loyer est partagé entre les 5 artisans.


2. Les patios : ce sont des espaces en pleine terre permettant d’éclairer les ateliers et les logements et de cultiver en petites quantités aromatiques et fleurs. Ils permettent d’accueillir le compost.


3. Les espaces techniques et la gestion des déchets : un espace laverie collective / tri, collecte, recyclage, stockage de déchets, partage d’électroménager.


4. La passerelle / mezzanine : c’est un espace de convivialité tourné sur la vie familliale et le voisinage pour les familles des artisans, où leurs enfants peuvent jouer ensemble, et les rapports de voisinage se développer dans un espace de transition entre le public et le privé.

Image
Légende

La passerelle-mezzanine

 

 

LE GITE - RESIDENCE (29 m²) :

 

Afin de conserver l’esprit de transversalité et d’ouverture vers d’autres disciplines (arts, sciences) et de permettre d’accueillir de façon plus ponctuelle des intervenants, nous proposons que le projet accueille un gîte. Ce studio, qui pourrait être géré par la collectivité (ville et/ou communauté de communes), en association avec la coopérative des artisans, permet d’accueillir des artistes
ou chercheurs en résidence. Il permet aussi de développer le tourisme, pouvant être loué en gite simple. Les résidents ont accès aux espaces communs.

 

 

UN PROJET BIOCLIMATIQUE, PATRIMONIAL ET ECOLOGIQUE :

 

Le projet architectural embrasse les valeurs de l'écologie, de la mise en valeur du patrimoine, et aborde une conception bioclimatique du bâtiment.

ENVELOPPE : conservation et mise en valeur des murs en pierre bleue ; peu de percements pour conserver l'aspect massif du bâtiment ; enveloppe compacte pour éviter les déperditions ; pas d'isolation intérieure dans la halle ni dans les ateliers au rdc ( les épais murs en pierre sont déjà de bons isolants et apportent une bonne inertie thermique au bâtiment) ; dans les logements : isolation intérieure des murs en pierre grâce à des enduits isolants chaux-chanvre ; toiture en shef conservée, charpente métallique conservée, couverture remplacée, ajout ouvrants pour la ventilation naturelle + panneaux solaires thermiques en faces sud.

STRUCTURE INTERIEURE : Toutes les parois et constructions intérieures seront réalisées en ossature bois. Les panneaux de remplissage seront en isolant fibre de bois et bardage intérieur et extérieur bois. Les planchers seront en dalle bois / béton de chanvre ou de terre.

Image
Image
Image
Image
Image
Légende

Photo de l'arrière du bâtiment existant.